Différences Chat – Chien

IMG_3633

En dehors de la différence physique, les chiens et les chats n’ont pas les mêmes codes de communications, ni de comportement, alors comment faire pour qu’ils s’entendent ? Car quoi de plus merveilleux que de voir nos deux boules de poils dormir dans les pattes l’un de l’autre 😀

 

chiens10 rebloggyLe chien est un animal social et dépendant de l’humain. Le chien aura tendance à beaucoup plus vouloir gérer les relations du groupe familial. Pour lui, avoir la capacité de modifier le comportement des autres membres du groupe, va être une façon de se situer au sein de la famille et d’ajuster son statut par rapport aux autres.

Le chat est un animal à moitié social et à moitié territorial. Le chat supervise l’espace et l’occupation des lieux de nourrissage.

Le langage

Le chien qui remue la queue indique qu’il veut jouer ou qu’il est content.

Le chat qui remue la queue montre de l’agacement et de l’hostilité. Un chat détendu s’allonge sur sa poitrine ou sur le flanc.

Modes de communication

Le chat n’a pas de posture de soumission, couché sur le dos, il invite au jeu ou adopte une position de défense.

Le chien interprète cette posture comme de la soumission et se fera recevoir par les griffes du chat.

Quand le chat lève la patte, il menace son partenaire de prendre un coup de griffe, tandis que le chien croit à une invitation au jeu…

Territoire

Le territoire du chien se trouve au sol et sur les canapés. Le chien ne marque pas son territoire, il lève la patte pour des raisons sociales ou sexuelles.

Le territoire du chat se trouve dans l’espace, il occupe les trois dimensions. Le chat marque son territoire par des griffades et des dépôts de phéromones par frottement.

Comment arriver à les faire cohabiter ?

La notion de territoire influence les relations chien et chat. La situation est délicate si le chat est arrivé dans la maison en premier. Vexé par cette violation de domaine, le chat feule, griffe, dos arqué, poil hérissé, se faisant plus gros qu’il n’est pour intimider l’autre !

L’atmosphère est plus sereine si le chien est le premier des lieux depuis toujours. Il accepte bien l’intrus, malgré son vif attachement au territoire. il a acquis cette tolérance dès la socialisation, période pendant laquelle il doit côtoyer des personnes étrangères et accepter une autre espèce que la sienne. Il agit alors en imitant sa mère ou bien parce que son maître l’éduque et le civilise.

1 – Soignez les présentations

Evitez à tout moment de faire des jaloux entre chien et chat. L’un et l’autre sont d’une susceptibilité à fleur de peau et ne supportent pas la moindre injustice.
Vous caressez l’un ? Dorlotez l’autre. Attention à ne pas privilégier le nouveau venu ! L’ancien se sent vite délaissé et exclu. Même si le premier a besoin de tendresse pour s’adapter, agissez en secret pour préserver le second.

2 – Respectez les points stratégiques

Le coin repas : il est important de respecter l’emplacement des gamelles pour chacun, évitez de mettre les deux gamelles côte à côte, le chat se sentira vulnérable, et le chien peut être agressif pour défendre sa gamelle. Mettre la gamelle du chat en hauteur ou lieu donner à manger dans un autre lieu.

Le coin repos : il est aussi important que chacun ait aussi son lieu de repos, un grand arbre à chat (les chats aiment être en hauteur afin de surveiller leur environnement) et un panier pour le chien.

3 – Les règles à respecter pour les premières rencontres

 

  • Laisser le chat poser ses limites et ne jamais le forcer à un contact, c’est lui qui doit donner le rythme à la progression de la cohabitation.
  • Laisser au chat la possibilité de se réfugier en hauteur, ne pas fermer les portes.
  • Épointer les griffes du chat.
  • Si le chien est « foufou », évitez que la première rencontre ne se fasse avec le chien de la maison, organisez une première rencontre avec un chien plus calme.
  • Sinon, avant la première rencontre, faire une longue promenade avec le chien, le fatiguer et aussi nourrir les deux animaux avant (le ventre plein rend plus calme).
  • Être présent, à distance sans trop intervenir. Feulements et grognements sont normaux, n’intervenez que s’il y a un pugilat. Le chat doit avoir la possibilité de s’échapper ou de se réfugier en hauteur.
  • Mettre en suite le chien et le chat dans deux pièces différentes et les laisser se sentir sous la porte.
  • Ne pas faire de jaloux, être équitable dans les attentions prodiguées, ne pas gronder l’animal présent déjà dans les lieux s’il défend son territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.