Comportements à adopter / à éviter

Signes de tension et mises à distance

Léchages

img19 Dans de nombreux cas le léchage est un signe de tension: le chat, hors séquence complète de toilettage se lèche rapidement la truffe. C’est un comportement évacuateur de tension qui sous-entend un stress pour le chat dans la situation ou la sollicitation en cours. Quand le chat lèche la main, cela signifie parfois une dépose d’odeurs sur l’humain, mais il s’agit souvent de l’inverse, cette mise à distance demande l’arrêt du contact.

Position des oreilles

img18 Les oreilles qui tournent sur le côté ou vers l’arrière sont le signe d’un risque croissant d’agression défensive liée à l’irritation ou à la peur. A ce stade d’autres signaux préalables de tension ou de mise à distance ont souvent été ignorés. Il convient de cesser immédiatement l’interaction. Les oreilles complètement collées à l’arrière du crâne sont le signe d’une peur extrême.

Diamètre des pupilles

img17 La mydriase pupillaire, augmentation du diamètre de la pupille est liée directement à la peur, la défense, voire l’irritation. Le myosis, diminution du diamètre de la pupille hors contexte de pathologie ou d’éclairage, est souvent présenté comme l’indication d’une conduite agressive probable ou d’une séquence de prédation.

Ressenti de menace

img16 Le chat allongé sur le flanc, ou qui roule sur le dos n’appelle pas la plupart du temps à la caresse, ni au «jeu». Il se prépare au contraire potentiellement à se défendre toutes griffes et dents dehors en cas de menace. C’est bien comme ça qu’il est susceptible de percevoir la main qui vient le solliciter dans cette position où il expose son ventre, partie sensible et vulnérable de son corps. Le « jeu » directement avec la main sur le chat est tout à fait déconseillé. On le remplacera par le jeu avec un objet qui éloigne la main du corps du chat (plumeau, canne à pêche, ficelle..).

Défense

img15 Cette séquence fait souvent suite à la précédente. Ici le chat ne joue pas, il se défend. A ce stade d’autres signaux de tension ou de mise à distance ont sans doute été exprimés par le chat. N’ayant pas été entendu il passe à l’étape supérieure en tentant de repousse l’agresseur avec les pattes. Le fait qu’il ne «mette pas les griffes» ne signifie pas qu’il joue, cela peut être le premier degré de la mise à distance avec les pattes.

Agression défensive

img4 Tous les autres signaux ayant été ignorés le chat passe aux étapes ultimes de la mise à distance : il mord et griffe. C’est un signe fort d’irritation et de stress, ou de peur générées par les intrusions préalables de l’humain. La réaction d’agression défensive peut concerner directement la situation où le chat est envahi ou agressé par l’humain qui n’en est souvent pas conscient. Dans un environnement où le chat est fréquemment soumis à ces intrusions et agressions, l’agression pour se défendre peut se mettre en marche préventivement. Elle semble alors démarrer sans déclencheur sur le moment et est à replacer dans le contexte général.

Bonnes interactions

L’appel

img3 En se baissant au niveau du chat, en tendant la main, et en l’appelant on lui signale clairement la proposition de rentrer en contact. Cette posture et cette invitation ritualisées lui permettent de pouvoir anticiper l’interaction. Ces modalités lui laissent le choix de venir ou non. S’il ne vient pas, le message est clair et il serait envahissant d’insister.

Le flairage

img14 C’est la première étape incontournable de prise de contact chez le chat. En le laissant réaliser entièrement cette séquence en préalable on lui laisse le temps de prendre les informations olfactives dont il a besoin pour se rassurer. Il pourra ensuite décider s’il souhaite poursuivre l’échange.

Contact consenti

img13 Le chat qui consent à un échange après proposition le montre par des signes très clairs. Il vient au contact en présentant les endroits où il souhaite être touché. D’autres signaux sont associés : ronronnement, yeux mi-clos…

Rapprochement consenti

img12 En laissant le chat venir à soi pour un contact rapproché on lui permet de gérer lui-même la proximité qui est tolérable pour lui. L’humain qui reste sur sa position sans s’avancer vers le chat avec le corps ou les mains, lui envoie un signal rassurant et non intrusif. Cette attitude est propre à sécuriser l’animal au moment de l’échange et de manière plus générale. C’est en intégrant petit à petit qu’il ne sera pas accaparé quand il vient au contact qu’un chat craintif se rapprochera de plus en plus.

Contact léger

img10 Par les signaux qu’envoie le chat on comprend souvent qu’un contact léger peut être ce qui lui convient pour une interaction agréable. Le chat est tranquille, immobile, yeux mi-clos ou clos, oreille droites, il se repose et n’a pas forcément envie d’un contact appuyé. Apprendre à profiter ensemble d’une caresse et d’un contact léger c’est aussi respecter les besoins du chat.

Proximité partagée

img1 Dans la même optique, nul besoin de toucher le chat pour vivre une interaction satisfaisante. Pour lui, dans un certain nombre de cas, il est plus agréable de partager une simple proximité qu’une intrusion, même d’une caresse légère, de son intégrité physique. L’observation des signes de tension et de mises à distance doit permettre à l’humain de s’y ajuster. La satisfaction de montrer au chat qu’on le comprend, en lui fournissant les réponses adaptées à ses signaux compensera la potentielle frustration de ne pas le toucher. Et le chat sera de plus en plus à l’aise dans cet environnement relationnel rassurant.

Contact choisi

img11 Quand le chat est assez en confiance pour se rapprocher de l’humain et s’installer sur lui, ne pas l’accaparer ou le bloquer contribue à faire de cet échange une expérience positive. Le chat doit pouvoir partir quand il le souhaite sans être retenu. Lui proposer ce genre d’interaction en l’appelant pour qu’il vienne sur soi plutôt que de le saisir pour l’y mettre est aussi garant de son plein consentement.

Portage confortable

img20 Il est tout sauf anodin pour le chat de se faire saisir, décoller du sol, et porter par un être aux proportions et à la hauteur de « géant » par rapport à lui. Si le chat a montré tous les signaux de consentement lors des étapes préalables à la proposition de portage, on veillera à ce que cette opération soit réalisée dans toutes les conditions de confort pour lui. Un maintien par le bas est indispensable, ainsi qu’une stabilisation sous les aisselles ou sur le dos. Le chat doit sentir qu’il n’est pas contraint et peut partir quand il le souhaite, la prise sera donc sécurisante mais légère. Au moindre signe d’une volonté de cesser (signe de tension, retrait, dégagement) on déposera le chat en douceur;

Mauvaises interactions

Portage inapproprié

img21 Comment imaginer qu’un portage inconfortable puisse être une expérience agréable pour le chat ? Manque de stabilité, tension, voire douleur physiques font souvent de ce type d’interaction une « violence invisible », même si un certain nombre d’individus se laissent faire.

Capture

img6 Le chat doit pouvoir rester maître de ses mouvements et son intégrité physique. Vouloir le soumettre à des contacts non désirés, et le contraindre à les prolonger ne correspond pas à une prise en compte des besoins du chat et du respect de sa liberté en tant qu’être sensible. Sur les illustrations on voit clairement que le chat ne souhaite pas cette interaction, qu’il cherche à se dégager et qu’il est retenu de force. En tenant l’animal contre soi il est important de rester à l’écoute de sa tension physique, même légère, qui montre quand il ne consent pas. Répétées au quotidien, ces captures peuvent abîmer le lien Homme-Chat.

Câlin forcé

img5 Le « câlin » appliqué de la sorte n’en est un que pour l’humain, les signaux de tension et de mise à distance montrés ici par le chat en attestent : il repousse avec la patte, se dégage, rétrécit ou dilate ses pupilles…

La contention qu’il subit ne lui permet pas de profiter de cet échange, désagréable pour lui. Il ne cherche qu’à se soustraire à cette démonstration de « tendresse » sans respect et sans réciprocité.

Mise à distance non respectée

img8 Dans la première illustration l’espace vital du chat est envahi. L’humain est trop près, et cette proximité est génératrice de stress pour l’animal.

La mise à distance avec les pattes n’est pas un jeu, une invitation, ni un « câlin », mais bien une tentative pour repousser une intrusion. Il faudrait s’éloigner du chat et le laisser tranquille. Dans la photo du dessous, l’attitude physique du chat montre clairement qu’il ne souhaite pas ce contact ni cette contention : le corps de l’animal s’écarte, les pattes repoussent. Il demande à être reposé et libéré. Ne pas respecter ces diverses mises à distances envoie un signal négatif au chat, qui n’est pas compris et respecté dans les signaux qu’il utilise. C’est pour lui un environnement anxiogène.

Tendresse envahissante

img7 Le chat est souvent victime dans les cohabitations des projections humaines. Ici il est clair qu’il n’a pas envie du « câlin » administré. On voit que le contact n’est pas désiré et pesant pour l’animal qui s’aplatit pour tenter de se dégager sur la première photo. Sur la deuxième photo il est aussi envahi et contraint, la patte repousse et les pupilles se dilatent.

Agression

img2 Un des plus grands malentendus des relations Homme-Chat : la sollicitation de l’abdomen de l’animal. Le chat qui roule sur le dos n’appelle ni au jeu ni à la caresse mais se prépare à se défendre contre ce qui est pour lui ressenti comme une menace. Il est disponible pour utiliser toutes ses armes pour mettre à distance l’humain insistant : les griffes des pattes et les crocs.

Le chat n’est pas un jouet

img9 Sur cette photo la démarche est poussée à l’extrême : le chat n’a plus aucune maîtrise de son intégrité physique qui est mise e n danger. Les oreilles de côté et surtout les pupilles très dilatées montrent à quel point il est terrorisé. Dans ces deux cas l’animal est utilisé par l’humain pour sa satisfaction personnelle. Considérer que « l’amusement » puisse être partagé est totalement erroné : ici le chat subit tout simplement des violences.

Un commentaire

  • Pauline Maurau

    Très sympa et bien explicatif ce petit blog. Il ne me manque plus que ma petite perle. Merci à vous Sylvie pour vos réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.